Comment Dieu utilise Facebook et COVID-19 pour sauver les âmes des Papous

Avant COVID-19, Walter Kennedy ne savait même pas comment envoyer un message sur Facebook. Aujourd’hui, il s’occupe de près de 2 000 personnes de sa tribu par le biais de son propre groupe Facebook – et des gens sont sauvés.

Walter a passé sa carrière de ministre au sein de la tribu Hatam de Papouasie, en Indonésie. C’est un groupe qui a reçu l’Evangile il y a seulement 60 ans. Et peu d’étrangers parlent leur langue tribale.

Walter et sa femme, Diane, ont commencé dans une jungle de montagne si éloignée qu’ils ont dû construire leur propre maison. Depuis, ils ont aidé à établir une école biblique, donné des cours de Bible, encadré des chefs d’église, écrit des ressources bibliques, aidé à établir un conseil de mission dirigé par des Indonésiens et bien d’autres choses encore.

Il n’est pas surprenant que Walter n’ait pas eu beaucoup de temps pour Facebook.

Mais les smartphones sont devenus très populaires en Papouasie, et avec eux, les médias sociaux.

Pendant un bref instant, Walter a suivi la foule et a créé un compte Facebook. Puis il l’a presque oublié. Il n’a pas posté. Il n’a pas perdu de temps à faire défiler son flux d’informations.

Mais Walter a accepté toutes les demandes d’amis qu’il a reçues. Il a fini par atteindre 5 000 amis, et à ce stade, Facebook ne vous laissera pas en accepter davantage.

« Mon [Facebook friends] Il y avait des contacts aux États-Unis et de nombreux Hatam locaux et Indonésiens, certains que je connaissais, et beaucoup que je n’avais jamais rencontrés », dit Walter.

Lorsque le COVID-19 a frappé, la Papouasie s’est retrouvée en état d’isolement, comme la plupart des pays du monde. Et alors que Walter se demandait comment il pourrait continuer à exercer son ministère, ce compte Facebook dormant a commencé à l’appeler par son nom.

Il y a soixante ans, le peuple Hatam vivait déjà dans une sorte d’isolement. C’était une tribu violente et vengeresse, non seulement contre les autres tribus mais aussi les uns contre les autres.

Les gens ont construit leurs maisons loin les unes des autres de peur que leurs voisins – ou même des membres de leur famille – ne les assassinent. Leurs maisons n’avaient pas de fenêtres, de peur que quelqu’un ne s’y introduise la nuit. Et on apprenait aux enfants à toujours porter une arme à l’extérieur de la maison.

Tout cela a changé lorsque l’Evangile est arrivé dans les villages Hatam.

Les missionnaires de TEAM ont encouragé les membres de la tribu Hatam à construire leurs maisons à proximité les unes des autres afin qu’ils puissent facilement se réunir pour l’église. Les nouveaux croyants ont commencé à chercher d’autres personnes pour pouvoir partager la Bonne Nouvelle de Jésus. Une équipe de missionnaires et de croyants Hatam se sont réunis pour traduire la Bible dans la langue de la tribu.

Même parmi les non sauvés, la tribu Hatam s’est transformée en une tribu de générosité, d’amour et de communauté.

Retourner à l’isolement, au milieu de COVID-19, n’a pas été facile pour la tribu.

« Je reçois fréquemment des appels de nos dirigeants de l’église Hatam me demandant à propos du virus et si oui ou non il est agréable à Dieu de pas assister aux services religieux », dit Walter.

Le missionnaire répond toujours en soulignant l’importance de suivre les règlements gouvernementaux. Pourtant, il savait qu’il devait y avoir un moyen de réunir les Hatam en ligne.

Son fils missionnaire, Ryan, lui a suggéré de créer un groupe sur Facebook.

Walter voulait trouver un moyen d’unir l’église Hatam en ligne, alors son fils, Ryan, lui a suggéré de créer un groupe sur Facebook. Aujourd’hui, ils disciplinent des milliers de croyants et de chercheurs Hatam en ligne.

« J’ai formé un groupe auquel j’ai invité autant d’amis Hatam que j’en avais dans mon groupe d’amis Facebook », explique Walter. « En trois ou quatre jours, la nouvelle s’est répandue, et le groupe est passé à … 674 membres !

Walter et Ryan ont commencé à poster des dévotions, des documents sur la vie de disciple et même des clips en langue indonésienne du film Jésus. Aujourd’hui, les membres d’Hatam publient également des versets bibliques et des textes de dévotion.

« Nous vous remercions tous d’avoir formé ce groupe pour nous, et remercions également Dieu », a commenté un membre nommé Aswal.

Un autre membre, nommé Saiba, a commenté : « Je remercie Dieu pour sa protection continue sur nous jusqu’à aujourd’hui !

Mais le groupe n’est pas seulement pour les croyants. Dieu transforme des vies.

« Certains d’entre eux n’ont jamais lu les Écritures dans leur vie, mais maintenant, pour la première fois, ils ont quelque chose dans leur langue à laquelle ils peuvent accéder quotidiennement », dit Walter.

Depuis le début, Walter a établi des messages évangéliques clairs pour les membres du groupe. Il inclut une prière de salut et demande aux gens d’indiquer s’ils ont prié cette prière pour la première fois.

Plus de 100 Hatam ont répondu en donnant leur vie au Christ !

Et maintenant, même s’ils sont isolés, ces nouveaux croyants ont un accès immédiat à du matériel d’étude biblique et à des collègues chrétiens qui peuvent les encourager dans leur foi.

Aujourd’hui, plus de 10 % de la tribu Hatam est sur le groupe Facebook de Walteret ce nombre ne cesse de croître.

Veuillez prier pour que les conversations dans ce groupe soient bonnes. Priez pour que les dévotions de Walter continuent à interpeller les membres du groupe. Priez pour que davantage de personnes donnent leur vie au Christ. Et louez Dieu pour avoir utilisé l’isolement et Facebook pour sa gloire !


Walter n’est qu’un des nombreux missionnaires qui partagent l’Evangile au sein de COVID-19. Aidez ce travail à se poursuivre en faisant un don au Fonds de compassion COVID-19 de TEAM. Votre don aidera à partager le Christ, à nourrir les familles dans le besoin et plus encore ! S’il vous plaît, donnez aujourd’hui pour partager le Christ avec les personnes dans le besoin.

Partagez l'Évangile aujourd'hui. Donnez maintenant